Armageddon économique: la réponse de Washington à l’échec de l’économie… Plus de guerre !

En 2011, entre 1/5ème et le quart de la force de travail états-unienne était sans travail. Le taux de chômage qui compte les découragés à court-terme n’est quasiment jamais rapporté dans les médias place le taux de chômage réel aux Etats-Unis à 16,2% en Juin 2011. Le statisticien John Williams (de shadowstats.com) continue lui de compter les chômeurs découragés à long-terme, de la façon dont cela était fait dans les années 1980. En Juin 2011, la mesure totale du taux de chômage réel aux Etats-Unis était de 22,7%.

Au cours de l’année 2011, les Etats-Unis ont fait face à trois crises économiques simultanées. Une crise survint des pertes d’emplois américains, du PIB, des revenus des consommateurs et de la base fiscale causée par les corporations délocalisant leur production pour le marché américain. Une autre crise fut celle résultant de la crise financière par la dérégulation, la fraude et la rapacité. La troisième crise fut celle des déficits budgétaires fédéraux de 1500 milliards de dollars, qui étaient par trop importants pour pouvoir être financés sans que la réserve fédérale n’achète la nouvelle dette de trésor. Chacune de ces crises était sérieuse. Combinée, elles impliquent un armageddon économique.

Alors que l’espoir d’une reprise de l’économie pour 2011 s’évaporait au cours de l’année, le besoin d’une guerre devint de plus en plus impératif. (voir Antiwar.com, “Sen. Graham ‘Very Close to War”.

Pour lire plus www.mondialisation.ca / Mondialisation.ca, Le 1 aout 2011

Cet article a été publié dans Aspects teoriques de la crise, Capitalisme, crise et monde du travail. autor: . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.
27 visitas

laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

L’OTAN face à l’ingratitude des Libyens

La Coalition des volontaires était venue en Libye pour sauver la population civile de la répression du tyran Kadhafi. Quatre mois plus tard, les foules libyennes ont déserté le territoire libéré de Benghazi et se massent dans de gigantesques manifestations anti-OTAN. Confrontée à une réalité politique inattendue, l’armada de l’Alliance atlantique n’a plus de stratégie. Les Italiens ont amorcé leur retrait, les Français cherchent la sortie.

Pour lire plus cherche Réseau Voltaire | Tripoli (Libye)

11 juillet 2011

Cet article a été publié dans Moyen-Orient et la crise. autor: . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.
9 visitas

laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>